Israël

22 juin 2020

Une introspection à travers un voyage artistique

« Paris – Tel Aviv / 4h30 de vol. Tel Aviv – Jérusalem / 1h de route.

De la mégalopole au désert, il m’en a pris moins d’une journée et au terme de mon voyage, en une fraction de seconde, juste le temps d’un clignement d’œil, je me suis trouvé transporté des siècles en arrière, sur les traces de mes ancêtres, de nos ancêtres…

Fouler les chemins menant aux portes de Jérusalem, respirer la poussière de ces routes sauvages, boire à la source, regarder, simplement, admirer, en silence, des paysages somptueux, féeriques mêmes, tel fut mon quotidien pendant la durée de mon périple en Israël.

Sans oublier mes origines et l’histoire de mon peuple, mais à travers le regard neutre de l’objectif de mon Hasselblad, j’ai tenté de capturer un peu de l’histoire des hommes pour vous offrir un aperçu d’un pays où chacun trouve ses racines, le pivot de la région la plus observée de la planète.

Certains disent qu’il est impossible de photographier la Terre Sainte sans empreinte politique ou religieuse. À ceux là je dédie mes souvenirs d’une terre vue… à contre courant. » Michaël Guez

La photo artistique sur la Terre Sainte

Après avoir immortalisé l’atmosphère si particulier de la ville de New-York, sa ville de cœur et de prédilection, Michaël décide d’aller sur les traces d’Adam et Eve, là où il y a fort longtemps, 5768 ans exactement, ils croquaient la fruit défendu…

Michaël souhaite, à travers chaque photo artistique, faire ressortir toutes la beauté et la grandeur des paysages d’Israël.

La Mer Morte n’échappera pas au regard de cet artiste photographe passionné. Certains l’aime pour son eaux aux vertus curatives, d’autres s’émerveillent de ses fonds surréalistes ; Michaël, ce sont ses couleurs qu’il trouve attractives

Le « Red Canyon », tel un western, est apparu à ses yeux ; les rochers plantés dans le sable et de l’ocre à perte de vue. Toujours à l’affut de la lumière, qu’il capte avec un mélange de passion et de savoir-faire, c’est avec un certain émerveillement qu’il voit le soleil venir se cacher dans cet écrin bien surprenant. Cette lumière venant caresser délicatement les parois de velours de ces rochers hors d’âge.

En parlant de la pierre, Michaël se questionne, de façon symbolique, sur le nombre de pierres qu’il a fallu pour que Jérusalem se construise. Amoureux de la géométrie, des lignes de fuite, des voutes et autres éléments graphiques, il aime les utiliser pour une composition d’image dynamique. Ses clichés d’art qui découlent de cette construction d’image nous accompagnent dans un univers cinématographique, moderne et original qui résume parfaitement le travail de ce photographe évoluant dans le milieu de la mode.

De l’humain dans ce voyage artistique

Michaël Guez ne s’arrêtera pas qu’aux paysages somptueux de cette Terre d’Origine. Il sait figer le temps à travers des photos de portraits, des personnes rencontrées sur le vif dont il a son secret pour en faire ressortir toute une histoire, l’histoire de ces Hommes. Ses clichés d’art mêlant l’humain et la culture sont époustouflants et forcent l’observateur à rentrer dans chaque photo d’art pour la lire tel un livre sans fin. Ces photos de portrait, prises dans leur milieu naturel, apportent donnent l’impression de vivre chaque instant de ce voyage artistique et introspectif, comme si nous vivions cette instant…

Terres d’Origines…5768 Un livre photo unique

De ce périple artistique et humaniste, Michaël en fera un livre qu’il appellera « Terres d’Origine…5768 ». Un ouvrage d’art complètement unique tant par les méthodes employées pour les prises de vue que par l’orientation de cette narration photographique, qu’il a voulue dénuée de tout sens politique ou religieux.

Chaque page de ce livre photo d’Israël nous transporte sur ces Terres d’Origines, un véritable voyage dont la porte d’entrée se trouve à travers l’objectif de l’Hasselblad de Michaël. Nous ne voudrions jamais repartir de ces Terres, tant celles-ci nous apportent une quiétude et aiguisent notre contemplation.

Envie d’un beau cliché d’art, n’hésitez pas à contacter Michaël Guez

Ce site internet utilise des cookies